publicité

Les taxis manifestent à Grenoble

Des dizaines de taxis se sont retrouvés ce jeudi 10 janvier au matin pour une opération escargot sur l'A 43 vers Lyon. Une autre opération s'est déroulé à Grenoble avec 150 taxis au ralenti entre Alpexpo et la préfecture de l'Isère

  • Franck Grassaud avec AFP
  • Publié le 10/01/2013 | 10:30, mis à jour le 11/01/2013 | 07:03
L'opération escargot des taxis de l'Isère à Grenoble © Xavier Schmit - France 3 Alpes
© Xavier Schmit - France 3 Alpes L'opération escargot des taxis de l'Isère à Grenoble
Les 800 entreprises artisanales de taxi en Isère sont sur les dents. Elles font rouler 1300 taxis dans le département et protestent contre un article de la nouvelle loi de finance 2013 sur la sécurité sociale qui pourrait permettre aux Agences Régionales de Santé et à la sécurité sociale de faire des appels d'offres pour les transports de patients, ce qui mettra fin à leur libre choix pour les transports.

Manif des taxis à Grenoble
Intervenants : Philippe Martinez, artisan taxi en zone rurale; Jacques Favre, Syndicat national des artisans taxis; Michel Guillot, Fédération française des taxis de province

En milieu rural le transport de patients représente jusqu'à 90% du chiffres d'affaires des taxis, d'où l'inquiétude. Cette mesure "précipiterait dans une faillite programmée quelques milliers d'entreprises artisanales", selon l'UNT.

Interview Jacques Favre, taxi
Intervenant: Jacques Favre, Syndicat national des artisans taxis (Isère sud)

L'autre problème, une concurrence qui ne dit pas son nom


Les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), environ 10.000 en France d'après les syndicats, et les motards-taxis, qui se sont développées au début des années 2000, sont des "contrefaçons de taxi" pour les chauffeurs urbains en grève ce jeudi.

Ils représentent une "concurrence déloyale autorisée par les pouvoirs publics" et "ne respectent aucune règle", estime l'intersyndicale qui exige une réforme de la loi de juillet 2009 qui encadre ces activités et "un moratoire pour les sociétés déjà en défaut".

"Certains acteurs agissent à la hussarde mais la majorité des VTC respectent la loi et proposent une offre complémentaire aux taxis et non concurrente: vous réservez la voiture, le prix de la course est fixé à l'avance, c'est une offre premium, haut de gamme", fait valoir Yan Hascoet, PDG de la société 'Chauffeur privé'.

les + lus

les + partagés